Menu

Francisco Rodriguez del Canto

DELCANTO

DELCANTO

DELCANTO

Né en 1956 en Espagne, Francisco Rodriguez del Canto suit ses premiers cours de dessin à l’Académie des Arts de Grenade. Après des études d’architecture à Valence, il s’installe à Paris pour intégrer l’Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs, dont il est diplômé. Il devient directeur artistique dans plusieurs agences de communication, tout en pratiquant la peinture, le théâtre et la vidéo en tant que concepteur, réalisateur et metteur en scène. Il développe un travail personnel de recherche artistique dans les champs de la peinture, et la photographie, auquel il consacre aujourd’hui tout son temps. Il vit et travaille à Paris.


3D exhibitions

  • DELCANTO

    CLASSICO

    La série CLASSICO s’attaque à des tableaux de maîtres – Velasquez, Rubens, le Greco, Goya, Manet, entre autres – pour un exercice de citation aux règles très particulières. Le propos n’est pas de jouer au faussaire, en dupliquant simplement les œuvres : le recadrage se concentre systématiquement sur un personnage, et redéfinit parfois le centre de gravité de l’image originelle : des deux tableaux de Georges de La Tour (La Diseuse de Bonne Aventure, Le Tricheur à l’As de Trèfle), le peintre ne conserve que la femme et son visage ; des Ménines de Velasquez, il délaisse le célèbre jeu de miroir pour se concentrer sur le buste de l’Infante. Ces figures, qui ont traversé l’histoire de l’art jusqu’à devenir des icônes culturelles aussi communes que la Marilyn de Warhol, sont convoquées sur la toile pour subir immédiatement un traitement de choc : hybridation entre deux tableaux, ou brossage iconoclaste. Le peintre s’attaque littéralement à ces tableaux qui ont hanté sa vie d’artiste depuis ses cours de dessin de jeunesse aux Beaux-Arts de Grenade. A travers les yeux de leurs personnages, ces chefs-d’œuvre n’ont-ils pas mis au défi tout artiste peintre, depuis des siècles, d’oser la figuration ? La réponse de Francisco Rodriguez del Canto tient dans une métaphore physiologique : pour avancer et grandir, il faut se nourrir efficacement de ses modèles, les assimiler, donc les digérer, les dissoudre dans ses propres sucs picturaux. Avaler pour ne pas être avalé à son tour. Mais le geste de l’artiste, libérateur pour sa propre pratique, semble en retour libérer ces personnages, enfermés dans des chefs-d’œuvre comme dans des tombeaux de la Culture. Isoler et magnifier les visages de ces hommes et de ces femmes, modèles anonymes ou figures historiques, c’est ramener le dialogue intimidant avec les chefs-d’œuvre au niveau d’un échange entre deux visages, deux personnes. En dépit du poids étouffant de l’histoire de l’art, semblent nous dire ces tableaux, l’art doit demeurer une affaire inter-personnelle.

  • DELCANTO

    LOST IN THE WAR

    LOST IN THE WAR s’inspire de photographies. Dans un premier temps, le peintre est parti des clichés célèbres, comme celui de Capa ou celui de l’enfant du ghetto de Varsovie (People N°11), pour ensuite se concentrer sur l’épisode historique de la Guerre d’Espagne et se limiter à des photos d’amateurs glanées sur Internet. Là où le procédé perd en force citationnelle, délaissant les références iconiques universelles, il gagne sans doute en émotion. L’agrandissement à échelle humaine de ces petits tirages photo semble ressusciter des fantômes ensevelis par l’Histoire. Sans convoquer le pathos typique aux images de guerre, le peintre s’arrête sur des portraits de personnes armées mais souriant à la caméra, à la fois soldats et gens du peuples, dans un troublant oxymore entre la violence et l’allégresse. Le geste du brossage de la toile, (iconoclaste dans une autre série, CLASSICO), s’enrichit ici de nouvelles connotations symboliques. Il redouble la fragilité du support photographique, elle-même métaphore du temps qui passe et de la mémoire qui s’efface, qu’elle soit individuelle ou collective. Le brouillage de l’image évoque également une attention défocalisée, une rêverie mélancolique du regardeur, voire ses yeux mouillés de larmes. L’effacement des traits du visage, semble aussi nous dire : peu importe l’identité, ne restent que les grands gestes, ce fusil à l’épaule et ce sourire vaillant. Le propos n’est ni autobiographique ni directement politique. Il est indissociablement pictural et humaniste, proposant la toile comme lieu de rencontre privilégié entre deux univers et deux visages, celui du regardeur et celui de l’acteur anonyme de l’histoire.

    latest works

    • DELCANTO

      Tres Gracias N°09, 2013
      162.0 x 193.0 x 3.5 cm (w x h x d)
      huile sur toile
    • DELCANTO

      Mulata N°05, 2013
      170.0 x 170.0 x 3.5 cm (w x h x d)
      huile sur toile
    • DELCANTO

      Le Chapeau N°0B, 2013
      100.0 x 100.0 x 3.5 cm (w x h x d)
      huile sur toile
    • DELCANTO

      La Perla N°0A, 2013
      100.0 x 100.0 x 3.5 cm (w x h x d)
      huile sur toile
    • DELCANTO

      Olympia N°06, 2013
      170.0 x 170.0 x 3.5 cm (w x h x d)
      huile sur toile
    • DELCANTO

      VIRGEN N°05, 2013
      180.0 x 180.0 x 3.5 cm (w x h x d)
      huile sur toile
    • DELCANTO

      Gigante N°07, 2013
      150.0 x 280.0 x 0.2 cm (w x h x d)
      Mixte sur papier
    • DELCANTO

      La Mano en el pecho N°04, 2013
      180.0 x 180.0 x 3.5 cm (w x h x d)
      huile sur toile
    • DELCANTO

      Classico N°01, 2013
      180.0 x 180.0 x 3.5 cm (w x h x d)
      huile sur toile
    • DELCANTO

      Margarita N°02, 2013
      180.0 x 180.0 x 3.5 cm (w x h x d)
      huile sur toile
    • DELCANTO

      Olympia N°10, 2017
      200.0 x 170.0 x 3.5 cm (w x h x d)
      huile sur toile
    • DELCANTO

      LaDiseuse N°001, 2013
      180.0 x 180.0 x 3.5 cm (w x h x d)
      huile sur toile
    • DELCANTO

      Metamorfos_BLEU-01, 2017
      150.0 x 200.0 x 3.5 cm (w x h x d)
      huile sur toile
    • DELCANTO

      LOST IN THE WAR
      120.0 x 131.0 x 0.2 cm (w x h x d)
    • DELCANTO

      Combattants N°20, 2015
      231.0 x 150.0 x 0.4 cm (w x h x d)
      Graphite sur papier
    • DELCANTO

      People N°06, 2013
      170.0 x 170.0 x 3.5 cm (w x h x d)
      huile sur toile
    • DELCANTO

      Combattants N°01, 2013
      190.0 x 190.0 x 3.5 cm (w x h x d)
      huile sur toile
    • DELCANTO

      People N°11, 2013
      180.0 x 180.0 x 3.5 cm (w x h x d)
      huile sur toile
    • DELCANTO

      Combattants N°19, 2015
      208.0 x 150.0 x 0.4 cm (w x h x d)
      Graphite sur papier
    • DELCANTO

      Combattants N°17, 2015
      120.0 x 126.0 x 0.4 cm (w x h x d)
      Graphite sur papier
      Cookies help us to provide certain features and services on our website. By using the website, you agree that we use cookies. Privacy policy